Actualités et événements > Brèves 2014
Voir les brèves : par thème(s) | par date
  Brèves par date
   

05/03/2008 Création de la Fondation scientifique pour la Biodiversité.
  La Fondation scientifique pour la biodiversité, premier outil opérationnel du Grenelle de l'Environnement, a été lancée le 26 février par les ministres de l'environnement et de la recherche.

La Fondation a pour objet de favoriser le développement, le soutien et l’animation des activités de recherche sur la biodiversité et leur valorisation et s’inscrit dans les 4 axes de la Stratégie Nationale de la biodiversité.

Ses fondateurs sont les 8 organismes de recherche publics les plus impliqués dans la recherche sur la biodiversité : CEMAGREF, CIRAD, CNRS, IFREMER, INRA, IRD, MNHN et BRGM. L’ambition des ministères et organismes à l’origine de la Fondation est de constituer une plate-forme d’échange pour toutes les parties prenantes de la biodiversité en France, entreprises, associations et ONG notamment, et de valoriser la recherche dans les domaines biologique, socio-économique et juridique. Tous les acteurs français de la biodiversité pourront s’associer à la Fondation au travers de son Conseil scientifique pour les chercheurs, de son Comité d’orientation stratégique ou par convention pour la réalisation de ses activités pour les autres parties prenantes (recherche, publications et sensibilisation du public, inventaires, bases de données, collections et infrastructures). 

La Fondation regroupera les activités actuellement réalisées par l’Institut Français de la Biodiversité et le Bureau des Ressources Génétiques, développant encore leurs synergies, et apportant aux Collections nationales de ressources génétiques la consolidation juridique indispensable à leur fonctionnement durable.

 


04/03/2008 La banque de graines de Svalbard
La banque de graines de Svalbard, Norvège, a été inaugurée le 26 février.

C'est une importante capacité de stockage ex situ de ressources génétiques de plantes cultivées, que la Norvège met à la disposition de la communauté internationale dans le Spitzberg. Elle est appuyée par l’ensemble du dispositif international de gestion de la diversité génétique cultivée végétale. Une forte campagne médiatique a accompagné cette inauguration, contribuant à sensibiliser le grand public sur l’importance du troisième niveau de la biodiversité, celui des ressources génétiques. Elle a également suscité de nombreuses questions, notamment sur l’action menée dans ce domaine au niveau international, mais aussi en France.

La conservation et l’utilisation durable de la diversité génétique cultivée fait l’objet d’actions concertées au niveau international depuis les années 1950, avec la création progressive des centres internationaux de recherche, et avec l’établissement à partir du début des années 1980 d’un « système mondial » sous l’égide de la FAO. A ce jour, il comprend :

la Commission des Ressources Génétiques pour l’alimentation et l’agriculture (qui se réunit tous les 2 ans),

un « Etat du monde des ressources génétiques végétales » (1996, le deuxième étant prévu prochainement),

un Plan d’Action Mondial pour la conservation et l’utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (1996), qui énumère les vingt « actions prioritaires » que les Etats doivent considérer pour établir leur politique de gestion des ressources génétiques,

un Traité International sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (2004, que la France a ratifié en 2005) qui permet d’échanger les ressources génétiques au sein d’un système multilatéral,

et des réseaux de gestion des ressources génétiques des plantes cultivées, comme ECPGR en Europe, dont la France fait partie.

L’objectif de ce dispositif mondial est de connaître la diversité génétique des plantes cultivées et d’en organiser la conservation, afin de sauvegarder pour chaque espèce cultivée les caractères et capacités d’adaptation qui pourront être utilisés à la sélection de nouvelles variétés, répondant aux besoins des agriculteurs, aux demandes des consommateurs et aux contraintes croissantes de l’environnement. La connaissance des ressources génétiques est un préalable à toute activité de conservation et doit être menée dans le contexte même de ces ressources. En fonction des caractéristiques nationales de l’agriculture, de la sélection et de la recherche, chaque politique nationale de gestion de la diversité génétique combine différents modes et outils de conservation, in situ (au champ) et ex situ (par vergers conservatoires, collections – les « banques de graines » évoquées – nécessitant généralement des infrastructures de froid), des bases de données recensant l’ensemble de l’information disponible sur chacune des ressources génétiques maintenues, et des moyens financiers publics et privés.

L’existence en France de longue date d’une activité importante de recherche et de sélection a débouché sur la constitution progressive d’un grand nombre de collections de travail et, pour certaines espèces, d’amateurs. Plutôt que d’ajouter à ce tissu une grande banque de gènes centralisée, la France a opté dans la Charte Nationale pour la gestion des ressources génétiques (1998) pour un dispositif collectif regroupant en réseaux les détenteurs publics, privés et associatifs de collections. Selon un cahier des charges agréé collectivement, ils identifient au sein de leurs collections les ressources génétiques représentatives du patrimoine génétique français, constituent ainsi une Collection nationale, dont ils se répartissent les charges de conservation. 

L’avantage de cette option est double. D’une part, elle permet d’associer le secteur privé à une activité de conservation qu’aucun Etat ne peut assumer intégralement sur fonds publics, en continu et de façon concertée hors de l’urgence et des aléas budgétaires. D’autre part, et plus fondamentalement, elle associe à la définition et à la mise en œuvre des choix de conservation l’ensemble des parties prenantes intéressées, au plus près de leurs activités quotidiennes, du terroir dans lequel se sont épanouies ces variétés, et des citoyens intéressés à leur patrimoine végétal. En deux mots, ce n’est pas le congélateur (qu’elle qu’en soit la forme) qui conserve la diversité, mais les hommes, avec leurs connaissances, qui l’utilisent comme outil. La question pour la diversité végétale française n’est pas de savoir « combien la France va mettre de graines à Svalbard », mais ce que Svalbard apporte aux actions et aux politiques en cours.

La banque de graines de Svalbard est un outil qui promet d’être performant et qui est particulièrement bienvenu pour les Etats qui disposent de faibles infrastructures de conservation. Au niveau européen, le réseau ECPGR, dans une logique proche de celle des réseaux français, commence à réfléchir à un Système Intégré de banques de gènes (AEGIS), complétant les politiques nationales de connaissance et de gestion des ressources et s’appuyant sur leurs infrastructures. Dans ce contexte, la banque de graines de Svalbard sera amenée à y jouer un rôle complémentaire, comme banque de secours pour certaines espèces. Dans l’immédiat, son inauguration a déjà joué un rôle très positif pour les actions en cours, en attirant l’attention des médias, du public et des décideurs sur l’importance de la conservation de la diversité génétique, et de la poursuite des efforts publics et privés, notamment dans le cadre du « système mondial » de la FAO.



24/01/2008 La Lettre du BRG nº28
la nouvelle Lettre est arrivée !

  lettre BRG 28 (taille 711 Ko)  

24/01/2008 Experts U.E.
La Commission Européenne recherche des experts pour les projets du 870/04.

Les 17 projets retenus en juillet 2005 et avril 2007 par le règlement communautaire 870/04 ont normalement débuté effectivement en 2007. Afin d'en assurer le suivi, la Commission Européenne sollicite des experts pour en évaluer les rapports annuels techniques et financiers. Cette liste d'experts est habituellement également susceptible d'être utilisée par la Commission sur des sujets proches, ce qui y rend particulièrement utile la présence d'experts français. Vous pouvez vous y inscrire via la page web suivante. Merci d'informer le BRG de votre éventuelle inscription.


  vers le site   

24/01/2008 AAP 2008
Parution de l'AAP édition 2008
L'AAP 2008 qui regroupe l'ensemble des programmes en génomique vient de paraître sur le site de l'ANR. La date de clotûre est fixée au 21 avril.
  vers le site   


Page(s) suivante(s)   Dernière page

16, rue Claude-Bernard - 75231 PARIS cedex 05 - Tél : 33(0)1 44 08 72 61 - Fax : 33(0)1 44 08 72 63
Copyright © 2005 - Conception et réalisation SWAD